Les chiens de Pripyat – Ducoudray et Alliel

Aurélien Ducoudray et Christophe Alliel - Les chiens de Pripyat Tome 1 : Saint Christophe.

4ème de couverture : 26 avril 1986 : une série d’explosions ravage la centrale nucléaire de Tchernobyl, contaminant tout dans un rayon de plus de 200 km. Après l’évacuation des plus proches villages, des groupes de chasseurs sont formés avec pour mission d’abattre les animaux sauvages et domestiques touchés par les radiations et qui vivent en liberté dans des villages fantômes. Pour trente roubles par animal tué, une brigade accepte de pénétrer dans la zone.
Là, ils croiseront le destin de personnages extraordinaires. Des âmes perdues, abandonnées dans la lande irradiée.

Critique : Je viens de refermer les Chiens de Pripyat et je dois bien avouer que je ne sais pas trop quoi dire de cette BD. De même que je suis incapable de définir si je l’ai aimée ou pas.

Le contexte me plait bien. Voir d’un peu plus près ce qui a suivi Tchernobyl, c’est intéressant. Voir ces hommes retourner dans les villes évacuées après la catastrophe, pourquoi pas. Je me disais que ce serait le moyen d’en apprendre un peu plus sur cet accident et sur ce qu’il a engendré. Mais je me suis retrouvée face à l’histoire d’un groupe d’hommes qui, en fait, ne retourne là-bas que pour chasser des chiens soi-disant revenus à l’état sauvage. Heureusement qu’il y a de temps en temps ces silhouettes mystérieuses vêtues de scaphandres qui apparaissent ici et là et apportent un peu d’intrigue parce que sinon, je me serais sérieusement ennuyée. Le scénario est dont plutôt décevant.

Niveau dessins, ça rattrape un peu le coup. C’est précis, les détails sont soignés, que ce soit dans le décor ou dans les personnages. Les visages sont expressifs et bien reconnaissable. C’est un style qui me plait.

Bilan mitigé, donc, pour ce titre. Je ne suis pas sûre de lire la suite.

Note : 3/5

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :