Décembre 2016

Publié le

les lectures du mois

Alors que nous venons de passer à l’année 2017, c’est l’heure de faire un petit point sur mes dernières lectures de l’année 2016.

C’est qu’elles furent relativement fructueuses ces lectures, je m’en étonne moi-même. Je ne pensais pas avoir tant de choses à vous raconter pour le mois de décembre. Comme quoi… Alors bon, certes, certaines d’entre elles sont des albums pour enfants. Inutiles de vous dire que cela ne m’a pas demandé beaucoup de temps pour les lire, mais bon, c’était en décembre, et ce sont des lectures qui ont suffisamment retenu mon attention pour que j’ai envie de vous en parler.

Bon, j’imagine qu’il est inutile de vous le préciser désormais, mais en cliquant sur la couverture, vous pourrez accéder à ma critique complète de chaque livre.

Les temps assassins

Pierre Léauté - Les temps assassins - Tome 1 : rouge vertical.Voilà un livre que j’ai reçu à l’occasion d’une masse critique organisée par Babélio. Je dois avouer que ce livre ne faisait pas partie de mes premiers choix. En fait, il était même délaissé par les lecteurs puisque 3 jours après le lancement de l’opération, ce livre était toujours dans la liste des disponibles. (C’est un fait assez rare pour être noté puisque théoriquement, en quelques heures tous les livres partent). Bon, du coup, j’avais toutes mes chances en postulant pour un livre que personne ne voulait !

Je dois avouer qu’il m’a plutôt agréablement surprise. Malgré un début long, très long et une histoire un peu compliquée à démêler au départ, je me suis trouvée entraînée par le personnage de Charlotte. Ce n’est pas pour autant que j’ai apprécié cette jeune femme cela dit. Et si je ressors de ce roman sans être totalement enthousiasmée, j’ai néanmoins suffisamment appréciée pour aller lire la suite si je mets la main dessus, ne serait-ce que par curiosité.

Le livre sans image

Benjamin-Joseph Novak - Le livre sans images.Ça, c’est une sacrée découverte. J’avais déjà entendu parler de ce livre plusieurs fois (Facebook des bibliothécaires, la revue des livres pour enfants) et j’attendais impatiemment de l’avoir entre les mains. la vidéo de l’auteur lisant son livre face à un groupe d’enfants était pour le moins alléchante. Cela montrait un potentiel qu’il me tardait de découvrir dans son intégralité. Je n’ai pas été déçue le moins du monde. Cet album pour enfant sans image est tout simplement génial. Un vrai coup de cœur qui peut faire rire autant les petits que les grands. Et c’est un plaisir à raconter !

Les deux grenouilles à grande bouche.

Pierre Delye et Cécile Hudrisier - Les deux grenouilles à grande bouche.Voilà un autre album que j’ai beaucoup aimé. Ici nous retrouvons une trame que nous connaissons déjà. L’auteur ne fait que reprendre une recette qui marche pour l’adapter à ça sauce. Pas très original, mais on s’en moque. Cet album est très drôle. J’ai réussi à faire rire mes meilleurs amis en le leur résumant ! Nous retrouvons avec plaisir nos grenouilles à grande bouche qui n’en manquent pas une. Il y a de l’humour, beaucoup, une chute vraiment drôle. C’est simple, lorsque je l’ai lu pour la première fois, je me suis mise à rire moi-même ! Ce n’est pas souvent que j’ai des coups de cœur pour des albums mais là, ce fut le deuxième en un mois !

Walking dead

Robert Kirkman et Tony Moore - Walking Dead Tome 1 : Passé décomposé.Robert Kirkman et Charlie Adlard - Walking Dead Tome 11 : Les Chasseurs.Ceux-là, je n’avais pas prévu de les lire à la base. Je songeais à regarder la série depuis un moment déjà mais je crois que c’est le fait d’en avoir parlé avec mon kiné qui a attisé ma curiosité. (Oui, j’ai un kiné qui lit, c’est trop bien !) Du coup, lorsque je les ai vus sur la cheminée de la bibliothèque, je me suis dit « allons-y, qu’est-ce que ça me coûte ? Si j’aime pas, j’arrêterai ». Et j’ai accroché. Vraiment. Au point qu’en l’espace de quelques jours, j’ai dévoré pas moins de 18 tomes sur les 25 que nous possédons à la bibliothèque. Et une fois n’est pas coutume, j’ai eu tellement de choses à dire sur cette série que j’ai critiqué chaque tomes. Habituellement, pour les BD je me contente de critiquer le premier, même si je lis la suite (pas forcément une bonne chose d’ailleurs, il faudra que je corrige ça). Du coup, comme c’était un peu long, j’ai dû séparer tout cela sur plusieurs pages, histoire que cela ne soit pas trop indigeste. Et encore, j’aurais pu diviser davantage, mais bon. Du coup, pour les tomes 1 à 10, cliquez sur la couverture de gauche. Et pour les tomes 11 à 18 (et même 20 en fait, puisque début janvier, j’ai rajouté la critique des deux tomes suivants), cliquez à droite !

Nos étoiles contraires

John Green - Nos étoiles contraires.Celui-ci, c’est une relecture. Ma critique de ce livre se trouve d’ailleurs déjà sur ce blog depuis un bon petit bout de temps. Mais je l’ai eu à Noël et je l’ai terminé dans la soirée du 25 d’ailleurs (vers 3h du matin, impossible de le lâcher en cours de route !). Je ne relis pas souvent les livres que j’ai, surtout par manque de temps parce qu’en fait, il y en a que j’aimerais bien relire de temps en temps. Celui-ci se trouvait sous mon nez, il n’est pas très long, j’ai craqué. J’ai adoré le relire et je l’ai dévoré avec la même avidité que la première fois. Du coup, je me suis dit qu’il méritait bien que je vous en reparle à nouveau. Et même si je vous remets la même critique que la première fois, une petit piqûre de rappel, pour un livre comme celui-là, ça ne fait pas de mal !

Sur ce, place au mois de janvier. Et puisque c’est la période, je vous souhaite à tous (vous qui me suivez sur ce blog) une très bonne année 2017 riche en découvertes littéraires et en coup de coeur !

Novembre 2016

Publié le

les lectures du mois

Oups, décidément, je suis toujours en retard pour faire le point sur mes lectures du mois passé. Bon, c’est vrai que ces derniers temps, je n’en avais pas beaucoup à recenser. Mais tout de même, elles étaient suffisamment intéressantes (à mon goût), pour valoir la peine que j’en parle un peu !

Me voilà donc, pour vous parler de mes lectures du mois de novembre !



Le trône de Fer, intégrale 4

George R-R Martin - Le Trône de fer l'Intégrale (A game of Thrones) Tome 4 : .Petit à petit, j’approche de la fin de cette saga riche en rebondissements. Il m’en faut du temps, vous me direz, mais je ne lâche pas le morceau. Hors de question. J’aime tellement cet univers !

Cette intégrale 4 est un peu différente des autres dans le sens où elle ne suit le point de vue que de quelques personnages. Nous en sommes arrivés à un point de l’histoire où il se passait tellement de choses que l’auteur a décidé de parler de certaines parties du monde dans l’intégrale 4, les autres apparaissant dans l’intégrale 5. Vous l’aurez donc compris, ces deux parties se déroulent simultanément à des endroits différents.

 

Le château des étoiles, tome 2

Alex Alice - Le château des étoiles : 1869 : la conquête de l'espace - Tome 2.Cela faisait déjà un bon moment que j’avais lu le tome  1. Plus d’un an je crois. Déjà à l’époque, j’avais eu envie de lire le tome 2, mais que voulez-vous. Sur le moment, il n’était pas encore sorti. Et puis ensuite, l’occasion ne s’est pas présentée. Maintenant, c’est chose faite et c’est avec plaisir que j’ai retrouvé les aventures de Séraphin. Ce tome 2 nous réserve de belles surprises et des théories intéressantes. Une BD qui fait rêver et que je recommande chaudement !

A bientôt pour de nouvelles lectures !

Octobre 2016

Publié le

les lectures du mois

C’est là qu’on voit que le comité de lecture BD est terminée et que je suis de nouveau plongée dans le Trône de fer, parce que je n’ai pas grand chose à vous raconter pour ce mois d’octobre malheureusement. Enfin si, j’en aurais des tas, mais pas littéraires donc je vais m’abstenir.

Enfin, j’ai quand même un titre à partager avec vous pour cette fois :

Contes et légendes du roi Arthur

Tristan Pichard - Contes et légendes du roi Arthur.La légende d’Arthur et de ses chevaliers a traversé les siècles saris perdre sa capacité à émerveiller. Combats contre des créatures fantastiques, princesses secourues, châteaux mystérieux peuplent le récit de Temps Aventureux. Le destin du jeune roi que désigne l’épée Excalibur, au côté de compagnons d’armes et de personnages féminins tout aussi extraordinaires, est raconté ici avec brio en une langue modernisée qui ressuscite la magie de la Table Ronde.

Voilà un petit livre (150 pages) que j’ai reçu dans le cadre d’une opération Masse Critique proposée par Babélio. Mon récent séjour en Brocéliande et notamment ma visite du Centre de l’Imaginaire Arthurien m’ont donné envie de me replonger dans cette légende que, finalement, je ne connaissais que peu. C’est chose faite avec ce livre qui m’a, cependant, laissée sur ma faim (N’oublions pas qu’il s’agit d’un recueil destiné à des enfants). Mais j’espère bien avoir l’occasion de la rassasier un jour !

C’est tout pour cette fois. A bientôt pour de nouvelles lectures !

Septembre 2016

Publié le

les lectures du mois

Déjà la mi-octobre, et c’est seulement maintenant que je fais mon petit bilan sur mes lectures de septembre. Et en plus, je n’ai pas grand chose à vous mettre sous la dent pour cette fois. Désolée. La faute au comité de lecture BD qui touchait à sa fin (il ne m’en restait deux) et puis, surtout, à Game Of Thrones intégrale 4 dont la lecture traîne.

Deux BD donc, pour septembre, les deux restantes du comité BD. Pas forcément les meilleures. Pas forcément les plus nulles non plus (pour une du moins). Je vous laisse voir par vous-mêmes. (Et comme d’habitude, on clique sur les couvertures pour accéder à la critique complète)

 

Rêves de gosses

 

Pierre-Roland Saint-Dizier et Cédric Fernandez - Rêves de gosse.Rappelez-vous… On a tous eu un rêve de gosse. Il a bercé notre enfance ; nous avons grandi avec lui. Nous y avons cru. Certains l’ont réalisé ; d’autres l’ont oublié en devenant adultes ou y aspirent encore avec nostalgie. Parmi ceux qui sont allés au bout de leur rêve, quelques-uns l’ont partagé avec des enfants qui probablement n’auraient jamais pu le mener à bien sans eux. On a tous eu un rêve de gosse…
Léo habite au 5e étage avec ses parents et son frère. Son rêve de gosse, c’est de voler. Alors quand il regarde le ciel et qu’il aperçoit un avion traverser les nuages, il s’imagine aux commandes… Mais quand on est cloué à son fauteuil roulant et qu’on souffre d’un léger handicap mental, le rêve semble voué à l’échec… Ce récit est inspiré par des témoignages et les actions menées tout au long de l’année par l’association Les Chevaliers du Ciel.

Franchement pas un coup de coeur celle-là. Ce serait même plutôt l’inverse. On sent la BD « commerciale », celle qui est faite pour faire découvrir une association, pour en vanter les mérites. C’est intéressant, sur le principe, de connaitre un peu mieux l’action de cette asso, mais non, vraiment, la mayo n’a pas pris.

 

Ellana tome 1 : Enfance

 Lylian et Montse Martin - Ellana Tome 1 : Enfance.Seule survivante d’un raid de Raïs, une petite fille de 5 ans est adoptée par une communauté de Petits qui la baptisent « Ipiutiminelle ». Elle grandira cinq ans chez ce peuple qui vit en marge des humains. Mais à treize ans, elle sent retentir en elle l’appel des siens : Ipiu est humaine, elle doit retrouver ses origines. Le destin la mène à Al-Far, la ville la plus dangereuse de Gwendalavir, où elle se lie d’amitié avec un groupe d’enfants des rues.
L’une d’entre elles la baptise alors Ellana. La prophétie de celle qui deviendra l’une des plus grandes Marchombres de l’histoire s’apprête à commencer…Ellana la Marchombre est l’un des personnages les plus fascinants du monde d’Ewilan, si bien que Pierre Bottero avait décidé de lui dédier sa propre série de romans.

Voilà l’adaptation du roman du même nom de Pierre Bottero. Une BD intéressante, qui démarre doucement et qui présente seulement le tout début du premier tome du roman. Une autre façon sympa de découvrir cette histoire.

Voilà pour cette fois. A bientôt !

Août 2016

Publié le

les lectures du mois

Le mois d’août fut un bon mois en termes de lecture. Enfin… pour ce qui est des bandes dessinées en tout cas ! En effet, le comité de lecture BD poursuite son cours et moi, je continue mes lectures. Celles-ci me permirent de faire des découvertes fort sympathiques. A commencer par :

Le bourreau, tome 1 : Justice divine ?

Afficher l'image d'origineParis, dans un Moyen Age finissant… A l’instant et à l’endroit de son choix, ils viendront tous, pour expier leur crime et mourir par son épée. Les Parisiens l’appellent «l’heure du Bourreau», et nul ne peut y échapper… Car celui qui applique la sentence est invulnérable. Bras armé du Parlement, il incarne une justice de classe qui va soudain vaciller lorsque face à lui se dresse le Bouffon, un saltimbanque capable de détruire toutes ses certitudes.

Une histoire et une couverture qui m’ont immédiatement séduite. Quel plaisir que de se retrouver dans ce Paris historique, de suivre notre bourreau sur le parvis de Notre-Dame. Ajoutez à cela un soupçon de fantastique et vous avez là un mélange qui a tout pour me plaire. Et si en plus j’y retrouve des éléments qui me font penser à un jeu vidéo que j’aime beaucoup, alors tout est pour le mieux !

L’adoption, tome 1 : Qinaya

Arno Monin et Zidrou - L'adoption.Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu’elle a vécu, Lynette se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s’adapte à sa nouvelle vie. Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père.
Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

La deuxième pépite de ce comité de lecture. Une histoire très touchante accompagnée de jolis dessins. Comment ne pas fondre face à la petite Qinaya ? On apprécie énormément de suivre l’évolution de la relation entre cette petite fille et son grand-père.

Nils, tome 1 : Les élémentaires

Jérôme Hamon et Antoine Carrion - Nils Tome 1 : Les élémentaires.Nils est une scintillante saga écologique à mi-chemin entre la mythologie nordique et les œuvres de Miyazaki. Selon de vieilles légendes, il existerait un monde au-delà de la matière. Un monde constitué d’êtres lumineux, sans lesquels cette matière resterait inerte. Ainsi, quand les territoires du Nord, jadis fertiles et florissants, se muent en terres arides où plus rien ne pousse, ces légendes resurgissent et les regards se tournent vers les dieux anciens…
Jeune garçon dans la fleur de l’âge, Nils, accompagné de son père, tente d’élucider ce mystère. Il rencontre ainsi ces êtres lumineux, les âmes de la nature qui le guident jusqu’à un royaume voisin à la technologie avancée… Une quête qui bouleversera son existence. Mémoire, souvenir, équilibre entre le monde des vivants et des morts, une histoire qui immerge et intrigue à travers des questions métaphysiques et existentielles où l’on suit l’épanouissement d’un jeune homme.

Comme le dit si bien l’éditeur, nous retrouvons dans cette histoire plusieurs éléments qui peuvent faire penser à Miyazaki. Comment ne pas penser aux Sylvains de Mononoké en voyant les élémentaires de Nils. En tout cas, nous voici là face à une belle histoire qui met la nature et l’écologie en avant. Le tout accompagné de très jolis dessins. Une BD qui ne pouvait que me plaire.

Soleil froid, tome 1 : H5N4

Afficher l'image d'origineUn homme avance dans les vallées alpines, accompagné d’un robot de portage L2S. Il cherche un refuge, loin des terres basses infestées par un virus mortel. Jan ne se fait pas d’illusions : les trois quarts de la population humaine ont été emportés par l’épidémie. Restent quelques foyers isolés et un fol espoir, presque une légende… Celle d’un labo qui aurait trouvé un remède contre la nouvelle peste.

Une bande dessinée qui colle parfaitement aux codes du post-apocalyptique. Nous nous trouvons face à un univers dans lequel l’humanité craint plus que tout cette étrange maladie (dont on apprend seulement en lisant le dos de la BD qu’il s’agit d’une mutation de la grippe aviaire) apportée par des corbeaux. En soi, ça n’a rien d’original, et ça laisse une impression de déjà vu. Mais quand on aime ce genre d’histoire, on peut se laisser porter. La petite différence avec ce qu’on a l’habitude de voir par contre, c’est que ça se passe en France, pour une fois.

La maison

Afficher l'image d'origineUn an après le décès de leur père, deux frères et leur sœur reviennent dans la maison de leur enfance pour en organiser la vente. Mais chacune des vieilleries qu’ils jettent réveille une part enfouie de leur mémoire. La crainte que les souvenirs de cette vie passée au côté de leur père s’évanouissent au fur et à mesure que la poubelle se remplit les engage dans un échange empreint de nostalgie.

Une BD intéressante. Nous suivons 3 enfants qui s’occupent de remettre la maison de leur père en état pour la vendre après le décès de celui-ci. On voit l’évolution de leur mentalité. Eux qui avaient un regard plutôt négatifs sur leur père se rendent compte, au travers de souvenirs que la maison leur rappelle, qu’il y avait aussi des bons moments. Il n’y a pas de grande originalité là-dedans mais ça se lit bien quand même. Une BD qui parlera peut-être plus à ceux qui ont déjà vécu cette situation ?

L’aile brisée

Antonio Altarriba - L'Aile brisée.Lorsque sa mère meurt en 1998, Antonio découvre le secret qu’elle a caché toute sa vie : un bras blessé dont elle n’a jamais pu se servir normalement… Partant de cette révélation liée à un terrible drame de naissance, il raconte le siècle au féminin dans une Espagne dure et cruelle. Un hymne aux souffrances, à l’émancipation et au courage des femmes…

Le principal intérêt de cette BD se trouve dans le contexte historique. Nous nous situons justement dans l’Espagne de Franco et nous suivons cette femme qui évolue auprès de ses généraux. Mais en dehors du contexte politique et social, l’histoire de cette femme, qui reste la mère de l’auteur et donc une inconnue, est plutôt d’un intérêt secondaire.

Mon père était boxeur

Barbara Pellerin et Kris - Mon père était boxeur. 1 DVDMalgré tout, au milieu d’un gouffre creusé depuis l’enfance, la boxe deviendra un trait d’union entre nous deux. A 30 ans, désormais armée d’une caméra, je décide de le suivre aux abords du ring. Ce récit est le portrait d’une relation entre un père et sa fille.

Bon, l’histoire d’une relation entre un père et sa fille… Ce qui la rend intéressante aurait peut-être été que le père en question était un boxeur connu ? Sauf que moi, Hubert Pellerin, ça ne me dit absolument rien. En plus, la boxe, ce n’est pas mon truc.

De rien

 Geoffroy Monde - De rien.« C’est par le langage de l’absurde que l’on peut le mieux évaluer et mettre en lumière l’écart tragi-comique séparant la nullité de signification du réel de la géniale boursouflure sémantique de notre monde »

La 4ème de couverture est clair, cette BD nous parle de tout et de rien. Elle contient plusieurs petites « histoires » sans queue ni tête. Certaines prêtent à sourire, d’autres laissent indifférent. L’humour est décale, les situations absurdes.

Stupor Mundi

 Néjib - Stupor Mundi.Au début du XIIIe siècle, Hannibal Qassim El Battouti, un éminent savant arabe, débarque dans les Pouilles à Castel del Monte, refuge d’érudits en tout genre. Accompagné de sa fille Houdê, paralysée, et de El Ghoul, son serviteur masqué, il a dans ses bagages une invention extraordinaire : la photographie. Pour obtenir la protection de Frédéric II et continuer ses recherches, il lui faudra retrouver une formule chimique disparue, réaliser un faux saint-suaire… et lutter contre les forces ennemies liguées contre lui. Une aventure médiévale digne du «Nom de la Rose».

Une histoire ma foi intéressante en soi mais qui est mal servie par les dessins que je n’ai pas aimés du tout. Sans plus.

Juillet 2016

Publié le

les lectures du mois

Et voilà le mois de juillet qui se termine, déjà ! Un mois un peu meilleur en terme de lecture puisque ce mois-ci a repris le comité de lecture BD. Malheureusement mes congés d’été ainsi que quelques imprévus m’ont empêchée d’en lire autant que je l’aurais voulu. Mais bon, tant pis, je me rattraperai en août ! En attendant, voici les 4 que j’ai lues. (Et comme d’habitude, on clique sur les couvertures pour accéder à la critique complète !)

 

Azil

Jean-Marie Omont et Charlotte Girard - Azil Tome 1 : Chez Gaëtan Becpincé.Azil, c’est le nom d’un ours, un ours en peluche pas comme les autres. Cet ours a une histoire singulière, c’est un ours trouvé, et il va vivre de nombreuses aventures grâce aux enfants d’une classe de maternelle. Simple peluche au regard des humains qui l’entourent, Azil est pourtant doté d’une conscience qu’il utilise pour partager avec le lecteur ses impressions, humeurs et sentiments. Dans ce premier épisode, Jean-Marie Omont, Charlotte Girard et Tanja Wenisch nous ouvrent les portes de la famille Becpincé, une famille où les a priori d’adultes sont passés au filtre du regard de l’enfant et de celui du petit ours.
Les illustrations pastel de Tanja nous plongent directement dans l’univers enfantin de Gaëtan et donnent au jeune lecteur l’envie d’attraper son ourson et de vivre mille et une aventures avec lui !

Une petite BD jeunesse vraiment sympa. De belles illustrations, toutes douces, et une petite histoire qui transmet un message de tolérance.

Hop, on continue avec…

 

L’écureuil, tome 1 : un démon sur les toits.

Fabien Grolleau et Lou Bonelli-Cresta - L'écureuil Tome 1 : Un démon sur les toits.En juillet 1870 à Paris, Hector, le roi des bas-fonds, lance ses hommes à la poursuite d’un jeune garçon roux qui saute de toit en toit, l’Ecureuil.

Une BD qui m’avait tapé dans l’oeil déjà lors du dernier Masse Critique de Babélio. Malheureusement pas à la hauteur de l’attente, mais qui se lit quand même.

La suivante, ce fut…

 

Les champions d’Albion, tome 1 : Le pacte de Stonehenge

Jean-Blaise Djian et Nathaniel Legendre - Les champions d'Albion Tome 1 : Le pacte de Stonehenge.1199. De retour des croisades, lors du siège d’un château limousin, le valeureux roi Richard tombe sous un carreau d’arbalète. Apprenant le drame, sa mère, la reine Aliénor d’Aquitaine est terrassée par la douleur. Mais elle est également extrêmement préoccupée par une missive que vient de lui remettre le porteur de la triste nouvelle : Les vassaux de son défunt fils ont tout mis en oeuvre pour rapatrier un « bien sans pareil » sur le sol anglais, mais pour l’heure, ce précieux objet est bloqué en France.
Convaincue qu’il s’agit de la couronne royale, Aliénor craint que son plus jeune fils, Jean- sans- terre, ne veuille à tout prix l’intercepter pour ensuite revendiquer le trône. Aussitôt, elle somme sa confidente, l’épouse de Waltheof d’Huntingdon, de réunir ses champions pour aller récupérer mystérieux trophée. Entendant cela, la jeune Robyn décidera de rejoindre les Champions et prouver à tout le monde qu’elle est la digne héritière de son père Waltheof !

Angleterre au temps des croisades et d’Aliénor d’Aquitaine. On croise des personnages qui ne nous sont pas totalement inconnus et qui se retrouvent lancés ensemble dans une quête. Un soupçon d’aventure, des images plutôt pas mal, un bon petit mélange pour une BD jeunesse, ma foi, plutôt sympathique.

Et la dernière…

 

Androïdes, tome 1 : Résurrection.

Afficher l'image d'origineEn 2545, l’humanité est frappée de stérilité. Plus personne sur terre n’a engendré d’enfants depuis 500 ans. Si la société Microcorp n’avait pas inventé le mélange «la pilule bleue», la Terre serait aujourd’hui inhabitée. Grâce au «mélange», la jeunesse éternelle est garantie. Plus de maladies, plus de vieillesse. C’est dans ce contexte que Liv Anderson, flic au caractère bien trempé, enquête sur le meurtre d’un directeur de musée, retrouvé chez lui criblé de balles.
Très vite, ce qui ressemble à une banale affaire semble conduire à une donnée si secrète qu’elle pousse ses gardiens à tuer quiconque s’en approche. Parallèlement, Anna Hopkins, restauratrice d’œuvres d’art, se sent de plus en plus mal. Elle consulte le Dr Castle et le verdict tombe. Depuis 500 ans, l’humanité est stérile, mais… Anna est enceinte.

Une BD de science fiction soignée qui plaira certainement aux amateurs du genre. Mais je ne fais malheureusement pas partie de ceux-là.

A bientôt pour de prochaines lectures ! 😉

 

Juin 2016

Publié le

les lectures du mois

Oui, je sais ce que vous vous dites : « Mais, elle a oublié le mois de mai ! ». Et bien non, rassurez-vous, je ne l’ai pas oublié. Mais je m’étais replongée dans le trône de fer, vous vous souvenez ? Alors forcément…

Enfin bref, toujours est-il que j’ai des choses à vous raconter pour ce mois de juin. Pas beaucoup, juste deux. Mais c’est toujours ça.

Et je commence par…

 

Le trône de fer, intégrale 3.


 
George R-R Martin - Le Trône de fer l'Intégrale (A game of Thrones) Tome 3 : .

« Dans ce troisième volume, George RR Martin continue de nous entraîner dans un monde fabuleux où les familles de ses héros se ramifient au coeur de régions plus mystérieuses les unes que les autres : grottes, collines creuses, hameau de feuilles, forteresses imprenables. Ici entrent également en scène des monstres terrifiants, esclaves de forces maléfiques qui n’ont qu’un but sur terre : éradiquer toute trace d’humanité.
Odieuses mutilations, drames sanglants, mariages imposés, traîtres sans vergogne, vengeances cruelles longuement mûries, équipées punitives, se succèdent au fil de ces pages éblouissantes. Car rien n’arrête l’imagination foisonnante de George R. R. Martin qui poursuit là l’un des cycles romanesques et visionnaires les plus originaux de tous les temps. »

Et oui, forcément ! Je m’étais donné pour défi de le terminer avant la fin du moi de juin. Défi réussi donc. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’univers créé par Georges R.R. Martin et les personnages qui l’habitent. (Pas tout hein, mais beaucoup tout de même). Je vous laisse découvrir ma critique pour en savoir plus.

Et ça continue avec …

 

Daomu, tome 1 : Pilleurs de tombe

Kennedy Xu et Colin Johnson - Daomu pilleurs de tombes Tome 1 : .

« Il y a trois types de pilleurs de tombes. Les premiers viennent du Nord. Ils respectent les morts et l’Histoire. Ils prennent le strict nécessaire pour perpétuer leur propre fonctionnement et croient en une coexistence harmonieuse avec les occupants des tombes. La deuxième faction vient du Sud. Elle pille et vole sans scrupule, retenue ni stratégie. Elle s’empare de ce qu’elle veut et saccage le reste.
La troisième faction se trouve entre le Nord et le Sud. Ses membres se considèrent comme des protecteurs avant tout. Ils maintiennent l’équilibre entre l’homme et la nature. Ils opèrent dans l’ombre. Ce sont les Daomu. »

Une BD, une fois n’est pas coutume. J’avoue qu’en dehors des comité de lecture, je n’en lis pas des masses. Mais là, l’occasion s’est présentée. Il faut dire que Babelio avait organisé une Masse Critique spéciale bande dessinée. Il y avait quelques titres qui me tentaient bien et j’ai été sélectionnée pour recevoir celui-ci. Je me suis donc plongée dedans. Une lecture ma foi, intéressante sur plusieurs points. Mais je vous explique ceci plus précisément dans ma critique.

(Et comme toujours, il suffit de cliquer sur les couvertures pour accéder à la critique en question !)