Rose, tome 1 : Double vie – Valerie Vernay, Emilie Alibert et Denis Lapière

Valérie Vernay et Emilie Alibert - Rose Tome 1 : Double.

4ème de couverture : Jeune fille discrète, Rose a un secret : elle a le pouvoir de se dédoubler ! Son esprit peut quitter son corps et pénétrer dans les appartements pour regarder vivre les gens. Ce don, elle ne le comprend pas. Elle l’appelle « sa maladie ». Elle n’a jamais réussi à en parler : ni à sa mère, morte après sa naissance, ni à son père, devenu détective privé à la mort de sa femme. Un jour, tout bascule : son père est abattu d’une balle dans la tête ! Rose décide alors de reprendre l’affaire de son père pour découvrir son assassin.
Enfin, son pouvoir va lui être utile ! Mais son double va faire une rencontre étonnante : celle de 3 fantômes qui vivent, coincés par un envoûtement, dans l’immeuble paternel. Et ils en savent long sur l’histoire familiale. Détective malgré elle, Rose va devoir enquêter sur des morts suspectes liées à un tableau célèbre mais aussi sur une malédiction vieille de 500 ans. Et si la clé de ces énigmes se trouvait dans le secret de sa naissance ?

Critique : Hop, deuxième lecture du comité BD. Voilà encore un titre dont je n’avais pas entendu parler. Un titre que j’ai commencé à lire sans savoir du tout de quoi il s’agissait. A la vue de la couverture, on pourrait supposer que c’est une historie à destination de la jeunesse, ce n’est pas totalement faux, mais pas trop jeune quand même.

Parce que Rose, ce n’est pas une histoire si facile. C’est l’histoire d’une jeune femme qui se retrouve à enquêter sur l’assassinat de son père un peu malgré elle, parce qu’elle a le don de se dédoubler et qu’elle rencontre des fantômes qui lui font des révélations étonnantes. A l’issue de ce premier tome, il subsiste encore tout un tas de questions. En fait, je dirais même que plus on avance dans l’histoire et plus on s’en pose, des questions. Cette affaire semble être de plus en plus complexe. Nous avons là l’amorce d’un scénario qui promet d’être intéressant et qui donne envie de connaitre la suite.

Malheureusement, le format BD n’est pas assez efficace à mon sens. Il y a trop d’éléments manquants, trop de choses sur lesquelles on passe trop rapidement. Trop d’informations d’un coup aussi. On a l’impression de lire le résumé d’une histoire, mais sans vraiment entrer plus profondément dedans. Les personnages sont rapidement exposés, sans être particulièrement creusé. Que sait-on de Rose finalement ? En dehors du fait qu’elle se dédouble ? On n’arrive pas à voir ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense. On a presque l’impression qu’elle est vide et qu’elle se contente de se laisser porter par les événements. Alors certes, si c’est à destination des enfants, ceci peut expliquer cela. Mais pour un lecteur adulte, c’est très frustrant. Et puis d’ailleurs, pourquoi, sous prétexte que ce serait pour des enfants, devrait-on se retrouver face à une BD rapidement bâclée ? Parce que c’est un peu l’impression qu’elle donne. C’est dommage, parce que le scénario de fond est vraiment intéressant.

Niveau dessins, j’aime bien. C’est doux, précis et flou en même temps, comme pour mieux coller à cette histoire de dédoublement (entre la vraie Rose et son double un peu fantôme sur les bords). J’ai trouvé ça intelligent aussi, cette façon de jouer avec les couleurs pour faire la différence entre les moments où on la voit elle et les moments où on se retrouve avec son double.

Pour conclure, une BD prometteuse mais qui aurait méritée d’être amplement plus travaillée.

Note : 3/5

%d blogueurs aiment cette page :