Walking Dead (tomes 21 à 25) – Robert Kirkman et Charlie Adlard

(Pour les tomes 1 à 10, cliquez ici. Et pour les tomes 11 à 20, cliquez !)

Tome 21 : Guerre totale

Robert Kirkman et Charlie Adlard - Walking Dead Tome 21 : Guerre totale.

4ème de couverture : Après la contre-attaque de Negan sur Alexandria, les dégâts et les pertes sont lourds. Negan a réussi à convaincre certaines personnes de changer de camp. Ezéchiel, quant à lui, est effondré par la mort de son tigre Shiva, et Rick ne peut plus compter sur lui pour le moment. La guerre est loin d’être terminée et son issue reste plus que jamais incertaine. Ce tome clôt l’arc narratif de  » All Out War « .

Critique : Bon, cette fois, on va peut-être enfin savoir comment elle se termine cette guerre, non ? Parce que pour le coup, ça fait tellement de tomes qu’on l’attend et qu’attend de voir son dénouement que là, ça en devient vraiment frustrant. Alors ok, c’est hyper intéressant de voir les préparatifs et la montée en puissance des événements, mais quand même, trop d’attente tue l’attente.

Ca commence par quelques rebondissements auxquels on ne s’attendait pas forcément. Comme des soubresauts destinés à nous faire perdre confiance. Des petits évènements qui, pendant quelques pages, nous amènent à penser que la réussite de la guerre est fortement compromise. Entre la capture d’Eugène et Dwight qui se fait surprendre à parler d’éliminer Negan, nos nerfs sont mis à rude épreuve. Mais les auteurs ne sont pas méchants et nous libèrent rapidement de ce suspens.

Et puis on découvre la nouvelle idée de Negan. Franchement, ce type, il fout les jetons. L’idée qu’il vient d’avoir là, d’enduire leurs armes de « résidus » de zombies, en se disant qu’il suffisait de blesser les autres pour qu’ils meurent d’infection. Non mais franchement, vous y croyez vous ? Je n’avais même pas pensé que cela pouvait marcher ! Je n’avais même pas pensé qu’on pouvait ne serait qu’essayer ! Negan est vraiment vicieux pour le coup. Et il semble avoir une sorte d’ingéniosité poussée à l’extrême lorsqu’il s’agit de vaincre ses ennemis. Dire que tout ce que Rick et les siens demandent, c’est de pouvoir vivre tranquilles et en paix… Cet homme et détestable et on espère vraiment qu’il ne survivra pas à la guerre.

En attendant, Rick et les siens décident d’aller s’installer à la Colline, momentanément. La dernière attaque de Negan a détruit une partie de leurs maisons et, quand on y pense, la Colline est peut-être un endroit plus facile à défendre. Et n’oublions pas que l’union fait la force. Si tout le monde est rassemblé là-bas, ça fait pas mal de monde capable de se battre. Ca fait aussi beaucoup de femmes et d’enfants, mais après tout, où pourraient-ils être le plus en sécurité ?

Evidemment, Negan attaque la Colline. Mais nous, lecteurs, on n’attendait que ça. Et puis là, c’est le drame… Dwight, qu’on pensait de notre côté, abats Rick d’une flèche. Et même s’il ne meurt pas sur le coup, on soupçonne cette flèche d’avoir été empoisonnée, comme le reste des armes des Sauveurs. Mais bon, on a confiance en Rick, d’une façon ou d’une autre, il s’en sortira. Soit il va se révéler résistant à l’infection soit finalement Dwight n’aura pas été un traitre total. Et c’est là que se termine le premier round de la guerre finale. Une nouvelle ruse du groupe de Rick force les Sauveurs à fuir. Mais ce n’est pas pour autant que nos amis peuvent se reposer. En effet, l’idée de Negan marche très bien, les blessés se retrouvent avec une énorme infection et ne survivent pas. Contrairement à Rick, qui, comme on le supposait, n’est même pas malade. Tiens donc !

Et voilà qui lui donne une idée à notre Rick, ce héros. Puisqu’il est censé être mort, pourquoi il ne jouerait pas de cela pour créer dans le camp de Negan une sorte d’effet de surprise, de panique ou un truc dans le genre ? Et c’est précisément ce qu’il fait ! Il sort à la rencontre de Negan, il papote avec lui, histoire qu’on ait l’impression qu’il essaie de le convaincre et bim, un petit coup de couteau dans la gorge, qui fait du mal qu’au méchant. Décidément, oui, Rick est un vrai héros. Bon, on ne s’attendait pas à ce que Négan devienne une sorte de fou enragé et se jette sur Rick de cette façon. Pour le coup, on recommence à se dire qu’une fois encore, les scénaristes se sont moqués de nous et que ce n’est toujours pas fini. Mais cela ne tardera guère. La blessure que Rick à infligée à Negan est trop importante pour qu’il reste conscient aussi longtemps et à peine est-il tombé que Dwight (qui finalement montre dans quel camp il se trouve) met fin à la guerre en prenant la place de nouveau chef des Sauveurs et en disant simplement « la guerre est finie, on rentre chez nous ». Ben voyons… Ca marche, mais je ne sais pas vous, je trouve ça étrange que les Sauveurs abandonnent, comme ça. Alors certes, Negan est tombé, et on se doute qu’ils n’étaient pas tous hyper heureux de se battre pour lui, mais quand même, je ne sais pas, c’est un peu bizarre. Mais bon, puisqu’ils se replient, on ne va pas faire la fine bouche hein ?

Rick est sauvé, les siens aussi. Et Negan… Rick décide de le garder en vie, mais en prison à perpétuité, pour montrer qu’il n’est pas un monstre comme Negan. Il veut en faire un symbole et repartir sur de bonnes bases pour reconstruire la civilisation. Mouais… son idée est louable, mais sincèrement… Negan ? Le garder en vie ? Ce mec est tellement dangereux, je ne suis pas sûre que ce soit une si bonne idée. Mais bon, c’est Rick le chef après tout.

Note : 4/5

Tome 22 : Une autre vie

Robert Kirkman et Charlie Adlard - Walking Dead Tome 22 : Une autre vie....

4ème de couverture : La Colline, Alexandria… Quelque temps après la Guerre totale. Une autre vie commence pour les survivants de la terrible bataille qui a opposé Negan, Rick et Ezéchiel. La menace directe de Negan écartée, chacun espère retrouver une existence à peu près normale. Mais c’est sans compter sur les zombies, les vivres qu’il faut trouver et, surtout, Robert Kirkman et son sens du drama… C’est une autre vie qui commence.

Critique : Avec ce tome-ci de Walking Dead, nous entrons dans un nouveau cycle. Du moins, c’est l’impression que j’en ai eue.

Plusieurs années se sont passées, mais on ne sait pas vraiment combien. On s’en aperçoit dès les premières vignettes, lorsqu’on découvre le nouveau visage de Rick. Il a changé de coiffure et s’est laissé pousser la barbe. Il a également un bras artificiel et il marche avec une canne. Je dois avouer que cela est perturbant. Ce n’est plus le Rick qu’on connaissait et qu’on avait appris à aimer et à redouter tout autant. Celui-ci semble vieux, un peu décrépi. Et physiquement parlant, il est méconnaissable. Il est loin, très loin du Rick d’avant, jeune, fort, invincible.

Et il n’y a pas que physiquement qu’il a changé. Les quelques années qui viennent de se dérouler ont été paisibles. La communauté s’est développée, les alentours se sont sécurisés. Les zombies ne représentent plus de vraie menace pour les vivants puisqu’ils ont trouvé des méthodes efficaces pour les combattre. Même les hordes ne sont plus un véritable danger car ils ont appris comment les manipuler pour les faire prendre la direction qu’ils veulent. Rick semble s’être reposé sur cette sécurité et cela l’a changé. Il assume désormais le rôle de chef de la communauté. Alors qu’auparavant il était mal à l’aise avec l’idée de diriger tout ce petit monde, aujourd’hui, il semble s’y être fait et parfois même on dirait qu’il abuse de son statut de « Monsieur Grimes ». Il n’a cependant pas oublié les dangers qui sont à l’extérieur et est très vigilant quant au respect des règles de sécurité qui ont été établies. Mais il en est devenu presque trop vigilant, trop exigeant. Il a en lui cette violence qui ressort et qu’il utilise parfois lorsque quelqu’un fait une erreur. Il en est presque inquiétant, mais en même temps, on le comprend, il n’oublie pas ce qu’une petite erreur peut entraîner dans ce monde.

Carl a changé lui aussi. Il a bien grandit et maintenant, plus que jamais, il recherche son indépendance. Surprotégé par son père jusqu’à présent, il souhaite désormais se rendre utile, faire quelque chose de sa vie. Et son choix, c’est de partir vivre à la Colline, avec Maggie et Sophia, entre autres, mais surtout avec Earl, le forgeron dont il souhaite devenir l’apprenti. Nous nous retrouvons face à un Carl adolescent qui a des préoccupations d’adolescent. Seulement, il y a un petit quelque chose de perturbant chez Carl. Comme tout adolescent, il a du mal à communiquer avec ses parents, alors il parle avec quelqu’un d’autre. En soit, c’est normal. Seulement ce quelqu’un d’autre, c’est Negan, qui est toujours là, toujours enfermé. Et ça, c’est un peu inquiétant. Quand on connait Negan, on se demande ce qui se passe. On se demande s’il ne va pas réussir, à un moment donné, à transformer Carl, à le mettre de son côté. Parce que même s’il est toujours derrière les barreaux, il est toujours dangereux. On le sent à son regard.

Ce tome-ci met nos survivants en confrontation avec un nouveau danger, un danger auquel ils ne s’attendaient pas. Auquel nous ne nous attendions pas non plus. Manifestement, les auteurs n’ont toujours pas dit leur dernier mot. Ce danger se dévoile progressivement lorsqu’un homme de la Colline est retrouvé errant, disant à qui veut l’entendre que les morts parlent désormais. Et non seulement ils parlent, mais en plus, ils savent se battre, comme vont l’apprendre un groupe de garde de la Colline à leur dépens. Pour le coup, c’est assez inquiétant. Les morts sont déjà assez dangereux comme ça, mais si en plus ils ont évolué, c’est pire. Heureusement les auteurs nous apportent une explication plausible à tout cela en nous montrant que ces morts ne sont pas vraiment morts. En fait, il s’agirait plutôt d’humains se faisant passer pour des morts.

M’enfin, c’en est pas moins inquiétant quand même.

Note : 3/5

Tome 23 : Murmures 

Robert Kirkman et Charlie Adlard - Walking Dead Tome 23 : Murmures.

4ème de couverture : La guerre est terminée. Une autre vie a commencé Mais cette nouvelle ère de paix et de prospérité semble déjà être menacée par un nouveau type d’ennemi. Un ennemi qui marche parmi les rôdeurs. Un ennemi qui transforme les murmures en cris Un ennemi qui rend le futur incertain.
Un face à face se prépare, qui risque d’être encore plus violent que les précédents.

Critique : Il se passe beaucoup de choses dans ce tome-ci.

Tout d’abord, nous avons Carl. Le jeune homme s’est installé sur la Colline et a retrouvé Sophia. On apprend alors que la jeune fille a des soucis avec deux autres ados de la communauté. Apparemment, elle aurait défendu quelqu’un contre eux et du coup, ils veulent se venger d’elle. On ne sait pas ce qu’ils ont fait, mais ils ne sont clairement pas sympas. Le hic, c’est qu’en voulant défendre Sophia, Carl révèle une nature violente qu’on avait déjà eu l’occasion d’entrevoir mais qu’on avait oubliée. Souvenez-vous, Carl nous a déjà montré jusqu’où il était capable d’aller pour défendre les siens. Dès le début de l’histoire, il n’hésite pas à tuer Shane pour éviter qu’il ne s’en prenne à son père. Et puis il y a Ben, le jumeau mauvais qui risquait de s’attaquer aux autres membres du groupe. Ici, il manque de tuer les deux ados pour sauver Sophia. Sur le coup, il va beaucoup trop loin, et on le sait. Evidemment, cet événement ne manque par de provoquer la colère de certains membres du groupe, notamment les parents des deux ados. Et le fait qu’il soit Carl Grimes n’arrange pas les choses. Maggie n’a d’autre choix que de le punir.

Ensuite, nous faisons la connaissance de Lydia. La jeune fille a été ramenée par Jésus. Elle était la seule survivante de l’un de ces fameux Chuchoteurs, la nouvelle menace que nous avons découverte dans le tome précédent. L’adolescente se retrouve enfermée dans la cellule voisine de celle de Carl et, nous le savons, Carl a développé une certaine « affection » pour ce qui est de parler aux prisonniers. A force de discuter ensemble, Lydia entrevoit la façon de vivre de Carl et des siens. Et inversement. Nous apprenons beaucoup de choses des Chuchoteurs de cette façon. Sur leur manière de vivre, de survivre. On apprend qu’ils se mêlent aux morts pour se déplacer, et qu’ils n’ont plus rien d’humain dans leurs valeurs et dans leur comportement. Alors évidemment, face à une communauté comme celle où vit Carl, on comprend que la jeune fille souhaite rester avec eux.

Seulement, ce n’est pas du goût d’Alpha, la chef des Chuchoteurs et la mère de Lydia. Cette femme, on a un peu du mal à la cerner pour l’instant. Elle est menaçante, mais semble raisonnable. Elle promet de ne pas attaquer la communauté tant que la communauté ne dépasse pas la frontière. Cela semble un bon compromis. Le problème, c’est qu’avec ce que Lydia nous a raconté de sa vie parmi les Chuchoteurs, Alpha nous est forcément antipathique. Et le truc, c’est que Carl n’est absolument pas d’accord à l’idée de laisser Lydia retourner avec eux. Alors forcément, il décide de la suivre, risquant ainsi de briser l’accord qu’Alpha vient de passer avec Maggie.

En parlant de Maggie d’ailleurs, elle assume son rôle de chef de la Colline comme elle peut. Et l’incident avec Carl et les deux ados dont je parlais au début la met dans une position délicate. Position qui se trouve être remise en question par Grégory. Vous vous souvenez de Grégory ? L’idiot qui dirigeait la Colline avant que Maggie ne prenne la tête du groupe. Ce mec n’est décidément pas net. Dans le genre faux-cul, je crois qu’on ne fait pas mieux. Il nous révèle à nouveau son vrai visage lorsqu’il tente d’empoisonner Maggie pour reprendre sa place. Heureusement que Jésus est intervenu à temps. Et cet imbécile de Grégory qui se défend en rejetant la faute sur Maggie, en criant au complot alors que Jésus l’a pris en flagrant délit. Comme s’ils n’avaient pas déjà assez de soucis comme ça avec les Chuchoteurs !

 

Note : 4/5

Tome 24 : Opportunités

Robert Kirkman et Charlie Adlard - Walking Dead Tome 24 : Opportunités.

4ème de couverture : Le monde tel que nous le connaissions a disparu depuis longtemps. Définitivement. L’apocalypse zombie a eu lieu. Sans prévenir. Seuls quelques petits groupes de femmes et d’hommes tentent de sauvegarder un semblant de civilisation, et surtout ce qu’il leur reste d’humanité, dans un monde où la seule règle consiste à survivre jusqu’à demain. Rick Grimes est un ancien policier. Il dirige une communauté qui s’est organisée pour tenter de préserver ce qui commence à ressembler à une existence normale.
Ils se sont heurtés à une autre faction, dirigée par le terrifiant Negan, jusqu’à ce qu’une véritable guerre oppose les deux camps. Une autre vie a commencé pour les survivants de la terrible guerre contre Negan. Cependant, cette nouvelle ère de paix et de prospérité est menacée par un ennemi, qui marche parmi les rôdeurs.

Critique : Le tome précédent nous laisse sur un sacré suspens. Souvenez-vous, nous avons Carl qui décide de partir seul à la poursuite des Chuchoteurs dans le but d’aider Lydia.

Carl a décidément bien grandi depuis les premiers tomes. Nous savions déjà à quel point il pouvait être courageux. Nous l’avions déjà vu prendre des décisions difficiles pour sauver les personnes qu’il aimait. En cela, il reste fidèle à lui-même. Mais cette fois, il va encore plus loin. Pour Lydia, il est prêt à quitter la communauté, et son père. Il ne s’agit plus de sauver la communauté cette fois, il suffit de sauver une personne. Et ce n’est pas totalement anodin. Au-delà du fait qu’il semble s’être profondément attaché à Lydia, il se dresse contre la sauvagerie que représente le groupe des Chuchoteurs. Il se pose là comme défenseur de l’humanité, avec toutes les valeurs que cela implique. Parce que rappelons-le, les Chuchoteurs ont choisis de survivre en retournant à leurs plus bas instincts, ceux des animaux.

Carl a pris de gros risques en suivant les Chuchoteurs seul. Mais heureusement pour lui, pour le moment ils ne semblent pas lui vouloir de mal. Pour l’instant. Seulement, on ne sait pas trop à quoi s’attendre avec eux. Et ce qu’ils nous révèlent au fil de ce tome ne nous aide pas des masses. L’espace d’un instant, nous commençons tout juste à entrevoir qu’Alpha n’est pas l’être aussi cruel que nous pensions. Nous l’imaginions dure et dénuée de tout sentiment « humains » et puis elle demande à Rick, comme une prière, d’emmener sa fille avec lui parce qu’elle n’est pas en sécurité au milieu des Chuchoteurs. Là, on entrevoit un peu d’espoir. On se dit que finalement, toute cette histoire de vivre comme des animaux, ce n’est qu’un leurre, mais que tout n’est pas perdu. Et puis, à la toute fin de l’épisode, on prend pleinement conscience de la cruauté dont Alpha elle-même peut faire preuve. Et c’est très inquiétant.

A côté de cela, nous avons toujours Maggie, en charge de la Colline, confrontée au problème représenté par Grégory. Dans le tome précédent, l’homme avait essayé de l’éliminer mais Jésus était arrivé à temps, le prenant en flagrant délit. Seulement Grégory, égal à lui-même se défend en inventant des histoires totalement incohérentes. Et tout ceci place Maggie dans une situation très compliquée. Que doit-elle faire de lui ? Le garder en vie, prenant le risque qu’il continue à empoisonner l’esprit des gens en leur racontant des salades et qu’il déclenche une sorte de guerre civile à l’intérieur même de la colline ? Ou le tuer pour se débarrasser du problème et montrer qu’il n’y a pas de place dans cette communauté pour les fauteurs de troubles ? Maggie ne cesse de comparer sa situation à celle dans laquelle Rick s’est retrouvé face à Negan. Mais Maggie n’est pas Rick et les deux situations ne sont pas les mêmes. La décision qu’elle prendra pourrait bien tout changer. Mais au final, on se demande si, finalement, elle ne serait pas un meilleur chef que Rick pour certains points.

Venons-en à Negan maintenant. Un léger incident fait que la porte de sa cellule se referme mal et qu’il se retrouve avec la possibilité de sortir. Et là, on sent la catastrophe venir. Pourtant, il reste là, tout simplement, à attendre le retour de Rick. Et évidemment, lorsque celui-ci revient et voit Negan avec la grille ouverte, il prend peur. C’est toujours Negan, et personne n’a oublié ce dont il était capable. Seulement, avec tout ça, on n’arrive plus à vraiment le cerner. Et c’est d’autant plus inquiétant.

Note : 4/5

Tome 25 : Sang pour sang

Robert Kirkman et Stefano Gaudiano - Walking Dead Tome 25 : Sang pour sang.

4ème de couverture : Olivia. Josh. Carson. Tammy. Luke. Erin. Ken. Amber. Louie. Oscar. Rosita. Ezekiel. Ce sont les noms de ceux qui ont été massacrés par les Chuchoteurs. Leurs têtes ont été disposées, plantées sur des piques… Afin de délimiter leur territoire, de maintenir les autres communautés à distance, et de lancer un menaçant et terrifiant avertissement à Rick. La réaction risque cependant de ne pas se faire attendre…

Critique : La frontière « créée » par Alpha met toute la communauté de Rick en ébullition. Il y a ceux qui veulent partir en guerre, et ceux qui veulent maintenir la paix envers et contre tout.

La situation de Rick dans ce tome-ci est particulièrement délicate. Alors qu’il prône l’attente et la sécurité, les autres eux réclament la vengeance pour les pertes qu’ils viennent d’essuyer. Il faut dire que les Chuchoteurs en ont pris 12 d’entre eux, et pas des moindres, puisqu’au nombre des victimes figurent, entre autres, Ezekiel et Rosita. La tension monte entre les uns et les autres, et la place de Rick est menacée, tout autant que la sérénité qu’il avait mise en place dans la communauté. Et lorsqu’il apprend ce qu’il s’est passé avec Grégory, il perd même le soutien de Maggie qui va jusqu’à le frapper.

Pour autant, Rick continue de défendre ses opinions et fait ce qu’il peut. Alors qu’il sent que la communauté va se venger sur Lydia (puisqu’après tout, elle faisait partie des Chuchoteurs), il décide de l’éloigner pour la mettre en sécurité. Et pour cela, il l’envoie sur la Colline, accompagnée de Carl, histoire qu’elle ne soit pas toute seule.

On a du mal à imaginer comment cela pourrait bien se passer pour notre Rick national. Sans oublier que dans ces moments si difficiles, vers qui Rick se tourne-t-il pour avoir des conseils ? Negan. Genre ce mec est un monstre cruel, mais c’est quand même lui que Rick va voir ? Il y a un truc qui cloche. En attendant, le conseil que Negan lui donne, Rick le suit. Et ça, c’est encore plus bizarre.

Tout le monde lui en veut, au point que certains l’attaquent même, une nuit, avec le but avoué de lui faire peur (et non avouer de le tuer, apparemment). Et c’est là, qu’on a un élément déclencheur. Cette attaque sur leur chef semble déclencher une réaction dans la communauté autant que chez Rick. Et le discours qu’il fera pas la suite arrangera tout. Finalement, Rick ne s’éloigne pas de son rôle de chef. Il parvient à trouver les bons mots, à faire les bonnes choses. Ce n’est pas vraiment ce que tout le monde attendait de lui, mais finalement, cela leur convient.

On pourrait penser que la communauté reprend du poil de la bête et prend la bonne direction. On pourrait voir cela comme une bonne chose et ça serait plutôt rassurant. Si ce n’était la réaction de Negan qui se réjouit de la situation. Qui se réjouit de voir Rick reprendre le contrôle. Et ça, ça, c’est carrément flippant. Qu’est-ce qu’il a dans le tête ce cinglé ?

Note : 4/5

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :