Archives mensuelles : juillet 2017

Prends soin de toi – Grégory Mardon

Publié le

Grégory Mardon - Prends soin de toi.

4ème de couverture : A la suite d’une rupture amoureuse, un homme, la petite quarantaine, emménage dans un nouvel appartement qu’il entreprend de rénover complètement. La précédente occupante, une vielle dame, vient de mourir après y avoir vécu toute sa vie. En déchirant la moquette, près de la porte, il trouve une lettre. Une lettre d’amour qui lui était destinée, d’un homme qui lui proposait de la rejoindre à Marseille…
Il décide alors de rendre cette lettre à son expéditeur, qui habite toujours Marseille. Et pourquoi ne pas en profiter pour descendre en scooter et traverser la France par les petites routes en prenant quelques jours de vacances ? Un voyage intime et intérieur qui le renvoie à sa propre situation.

Critique : Encore une BD sur laquelle je ne sais pas trop quoi dire tout de suite après l’avoir refermée.

Prends soin de toi, c’est l’histoire d’un homme qui, suite à une rupture amoureuse, a du mal à s’en remettre et s’achète un appartement. Alors qu’il fait des travaux pour le rendre habitable, il tombe sur une lettre glissée sous le linoleum ; l’ancienne propriétaire n’a jamais su qu’elle était là. Il s’agit d’une lettre écrite par son amoureux (à l’ancienne propriétaire, pas à notre personnage principal) qui lui demande de le rejoindre à Marseille. Sur un coup de tête, notre protagoniste décide de traverser la France à scooter à la recherche de son auteur. C’est durant le trajet que, petit à petit, il reprend goût à la vie, redécouvre les petits plaisirs simples, remonte la pente. Cette histoire est assez sympa. Elle montre le processus de guérison d’une rupture. Elle indique qu’il faut parfois se fixer un nouvel objectif, se concentrer dessus et finalement, le temps fait bien les choses. Petit à petit, les blessures se referment. Au-delà-de ça, je n’ai pas trouvé d’enthousiasme particulier à lire cette BD. Je ne me suis pas non plus attachée au personnage, mais j’ai apprécié le message.

Niveau dessin, ça me plait assez. J’ai ressenti une sorte d’évolution dans les couleurs, allant du terne au coloré et joyeux au fur et à mesure de l’avancée de notre protagoniste dans son périple. Lors de sa traversée de la France, on nous offre de beaux paysages, qui auraient pu être plus beaux encore si le dessin avait été moins « grossier » (entendez par-là que l’illustrateur n’est pas entré dans les détails, ce n’est pas peaufiné comme on peut le voir chez certains autres dessinateurs). J’ai eu du mal avec la typographie par contre, quelques difficultés à tout bien déchiffrer tout de suite.

Pour conclure, je dirais que j’ai apprécié la lecture de cette BD, mais ce ne fut pas non plus une BD exceptionnelle et je pense qu’elle sera vite oubliée.

Note : 3/5

Publicités

Sacha et Tomcrouz – Anaïs Halard, Bastien Quignon

Publié le

Anaïs Halard - Sacha et Tomcrouz Tome 1 : Les Vikings.

4ème de couverture : Sacha Bazarec vit seul avec sa mère, une antiquaire un peu excentrique. Pour ses dix ans, il rêve d’un rat méga intelligent pour l’aider dans ses recherches scientifiques, mais à la place, il reçoit un chihuahua… C’est un chien et pourtant, il n’obéit à rien ! Il l’appelle Tomcrouz comme l’idole de sa maman. Et même si Sacha le somme de ne pas mettre de boxon, il renverse tout sur son passage au point de se retrouver, un matin, couvert d’une gelée incandescente.
Depuis… un phénomène étrange se produit, et tous deux se retrouvent transportés dans des endroits bizarres, à travers le temps…

Critique : Que dire de Sacha et Tomcrouz ?

Il s’agit d’une petite BD pour enfants qui raconte l’histoire un peu extraordinaire d’un petit garçon (très doué en sciences) qui reçoit un chihuahua en cadeau à son anniversaire. Jusque là, pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Sauf que, avec son petit chien et par une combinaison d’événements étranges, il se retrouve propulsé chez les Vikings. L’histoire est un peu étrange et ne m’a pas vraiment convaincue. Pourtant, l’idée était sympa. Seulement cela m’a semblé traité à la va vite. Il arrive chez les Vikings et hop, après une ou deux mésaventures, il retourne chez lui. Et si l’auteur avait décidé de décliner son histoire en plusieurs tomes ? Est-ce que ça n’aurait pas permis de développer un peu plus la chose, de rajouter quelques péripéties, de distiller aussi quelques petits infos sur les vikings, histoire d’en apprendre un peu sur ce peuple ? Alors oui, je sais, de base Sacha et Tomcrouz s’annonce comme une série, mais je suppose qu’on va avoir droit à une nouvelle histoire à chaque tome. Et c’est dommage si chacune est traitée comme celle-ci. Pour ma part, cela ne m’a pas convaincue. J’ai bien aimé par contre la petite fiche pratique pour fabriquer la fusée à partir d’un tube d’aspirine. J’espère qu’on retrouvera de nouvelles expériences dans les prochains tomes parce que c’est ce qui m’a semblé le plus intéressant dans cette BD…

Niveau dessins, je ne suis pas très très fan. Ca m’a semblé trop brouillon, avec des couleurs trop fades. J’avais parfois du mal à différencier les différents éléments qui composaient une vignette (par exemple lorsque Tomcrouz est dans le bec d’une mouette, je n’arrivais pas à les différencier l’un de l’autre, j’ai eu du mal à comprendre ce qui était dessiné d’ailleurs).

Pour conclure, non, vraiment, je ne suis pas convaincue. Mais peut-être que ça peut plaire aux enfants ?

Note : 2/5

Enclave, tome 3 – Ann Aguirre

Publié le

Ann Aguirre - Enclave Tome 3 : .

4ème de couverture : Salvation est assiégée. Avec Del, Bandit et Tegan, j’ai réussi à m’échapper. Tous les espoirs de la ville reposent sur nous. Et nous, tout ce qu’on espère, c’est pouvoir compter sur la cité qui nous a accueillis. Maintenant, il faut persuader les habitants de cette ville et des autres alentour de s’allier à nous. Déclarer la guerre à  la Horde pour en finir une fois pour toutes.

Critique : Et bam, 3 livres, 3 jours. C’est ainsi que je pourrais résumer ma lecture d’Enclave si je devais m’en tenir à une seule phrase. Heureusement, j’ai le droit d’en parler plus longuement et je ne vais pas m’en priver !

Ce tome 3 est tout simplement captivant. Nous poursuivons les aventures de Trèfle et de ses amis alors que Salvation est menacé par les Mutants. Nous sommes désormais bien loin des Monstres qui rôdaient dans les tunnels autour de l’enclave, avides d’une seule chose : manger. Ces monstres-là étaient incapables de réfléchir et étaient seulement poussés par cet instinct primaire de se nourrir. Mais maintenant, à l’extérieur, autour de Salvation, un constat se fait : ces monstres sont intelligents, ils copient les comportements humains et apprennent très vite, représentant du coup une menace d’autant plus sérieuse pour Salvation et les communautés alentours.

Le personnage de Trèfle atteint son apogée dans ce dernier tome. Elle se pose désormais comme un vrai chef de guerre, elle qui n’a que 16 ans. Son expérience au combat et le soutien sans faille de ses amis la propulse directement au rang de personne avec qui il faut compter. Car elle n’a pas l’intention d’être considérée comme une gamine. Nous suivons à la fois sa force, mais découvrons également ses faiblesses, ce qui la rend d’autant plus humaine. Elle n’est pas à la seule à évoluer non plus et nous sentons son entourage changer à son contact.

Ce tome 3 nous apporte également les réponses aux questions que nous nous posions depuis le premier. Sur les Mutants, sur ce qu’il s’est passé pour que la terre devienne ce qu’elle est. L’univers créé par Ann Aguirre est très bien pensé et est d’autant plus intéressant que je n’ai, personnellement, aucun mal à imaginer que cela puisse arriver un jour (ce qui est assez effrayant comme perspective…).

Comme pour les deux premiers tomes, l’écriture de l’auteur est d’une efficacité irréfutable. Une fois encore nous sommes confrontés à une succession d’événements qui s’enchaînent sans nous laisser le temps de souffler un peu (de même que pour Trèfle d’ailleurs). Ici pas de reproche de « simplicité » dans l’écriture de l’auteur, cela ne m’a pas perturbée en tout cas. Pas de reproche de prévisibilité non plus. Je n’avais pas vraiment eu le temps d’anticiper les événements pour une fois. Ou du moins pas autant que dans les deux premiers tomes.

Pour conclure, voilà une bonne trilogie que j’ai purement et simplement dévorée. Cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Je recommande chaudement à tous les amateurs du genre !

Note : 5/5

Enclave, tome 2 – Ann Aguirre

Publié le

Ann Aguirre - Enclave Tome 2 : .

4ème de couverture : La vie de Trèfle a bien changé. Dans l’enclave, elle était une chasseuse, forte et combative, indispensable à la survie de la communauté. A Salvation où elle s’est réfugiée avec Del, son partenaire de chasse, elle n’est plus qu’un fardeau. Elle ne sait ni coudre, ni cuisiner. Elle n’aime pas aller à l’école. Et pour ne rien arranger, Del prend ses distances. Mais aux alentours de la petite ville tranquille, le danger rôde toujours.
Les Monstres ne sont pas loin. Et ils sont de plus en plus intelligents. Ils observent. Ils attendent. Ils ont un plan. Le combat approche. Bientôt, Trèfle va retrouver une raison de vivre.

Critique : Et voilà, un tome 2 dévoré à la même vitesse que le tome 1. Pour une fois, je ne peux pas dire qu’une suite n’est pas à la hauteur.

Nous poursuivons les aventures de Trèfle et de ses amis alors qu’elle vient d’arriver à Salvation. Après avoir passé autant de temps seuls à l’extérieur, avec la possibilité d’être attaqués par des monstres à tout moment, ils sont enfin en sécurité à l’intérieur de l’enceinte de la ville. Mais évidemment, les choses ne sont pas aussi simples : les monstres rôdent toujours. Et ce ne sont plus seulement des bêtes stupides et affamées, ils ont développé une certaine intelligence…

Ce fut un plaisir de retrouver Trèfle, Del et leurs amis dans une suite tout aussi palpitante que le tome 1. J’ai apprécié de voir l’évolution de Trèfle dans un nouveau monde totalement différent du sien. Elle a énormément « grandi » entre le début de l’histoire et la fin de ce tome 2. Ses amis ont changé également, au contact de la population de Salvation.

Comme dans le premier tome, les événements s’enchaînent sans nous laisser vraiment le temps de nous poser. Il y a peut-être un peu moins d’action et de rebondissements, mais je n’ai ressenti aucune longueur dans ce récit. Et même si les rebondissements sont prévisibles pour la plupart, l’auteur parvient tout de même à nous surprendre en nous sortant quelques idées nouvelles de son chapeau. Et puis, malgré le côté prévisible que l’histoire peut parfois avoir, il y a tout de même une forme de suspens. Notamment au niveau des monstres qui sont dorénavant appelés Mutants. On ne sait toujours pas ce qu’ils sont vraiment. On se doute que c’étaient des humains avant, mais que c’est-il passé ? Et surtout, on se rend compte qu’ils sont de plus en plus intelligents. De quoi amener beaucoup de questions et faire douter de la fin de l’histoire.

Une fois encore, l’écriture de l’auteur se révèle particulièrement efficace quoiqu’un peu « simple » par moments. Et encore, peut-on vraiment définir un style de « simple » ? Quoiqu’il en soit, on dévore les 350 pages de ce tome 2 sans même s’en rendre compte. Personnellement, j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher.

J’arrête-là pour cette critique, j’ai trop hâte de me lancer dans le tome 3 !

Note : 5/5

Enclave, tome 1 – Ann Aguirre

Publié le

Ann Aguirre - Enclave Tome 1 : .

4ème de couverture : La guerre. Les épidémies. En un mot l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable. Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous. Trèfle a grandi sous terre, elle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter. Lorsque l’enclave la bannit, c’est tout son univers qui s’effondre. Mais elle n’est pas seule. Del a choisi de partager son destin.
Traqués par les Monstres anthropophages qui errent En-Dessous, réduits à la survie, Trèfle et Del sont presque morts… ou plus vivants que jamais.

Critique : Il y avait longtemps que je n’avais pas lu un livre aussi vite ! Bon, d’accord, il ne fait que 300 pages, mais je les ai lues d’une seule traite. Une fois commencé, impossible de lâcher ce livre.

Il faut dire qu’il a de quoi tenir en haleine. L’histoire est intéressante et bien trouvée. Du moins à mon avis. Nous apprenons à connaître Trèfle, une jeune femme vivant dans une enclave et qui se destine à devenir Chasseuse. L’enclave, c’est une sorte de communauté souterraine. Pour des raisons qu’on ignore encore, les gens ont quitté la surface de la Terre pour venir vivre dans des tunnels qu’on identifie très vite comme étant ceux du métro. Tout ce qu’on sait, c’est que la surface de la Terre est devenue invivable. Mais la vie dans les tunnels n’est pas facile. D’autant qu’autour d’eux rôdent des monstres qui se nourrissent de chair humaine. La vie s’est organisée et Trèfle a trouvé sa place dans l’enclave en tant que Chasseuse chargée de protéger la communauté contre ces monstres.

L’auteur nous plonge directement dans un univers étrange et pourtant facilement imaginable. Elle nous donne des réponses sans trop nous en dévoiler, histoire de maintenir notre curiosité. Même les personnages gardent un côté mystérieux qui nous donne envie d’en savoir plus. Au milieu de tout cela, nous allons de rebondissements en surprises et même si ce ne sont pas de vraies surprises (elles sont relativement prévisibles), on se prend au jeu de vouloir savoir ce qu’il se passe ensuite. Nous voilà en tout cas face à un vrai roman du genre post-apocalyptique, une sorte de mélange entre « je suis une légende », « the 100 » et « La route ». Personnellement, j’adore. Sans compter qu’en plus d’un univers fascinant, on s’attache assez vite aux personnages, même à ceux qui sont présentés au départ comme antipathiques.

L’auteur a un style efficace et est capable de nous entrainer dans son histoire en quelques pages. Elle nous emmène d’une action à une autre sans nous laisser le temps de souffler. Tout se passe vite, très vite. J’ai cependant pu remarquer que son style était parfois assez simple, un petit peu trop pour de la littérature jeune-adulte. Mais face à l’efficacité de son récit, on lui pardonne aisément. J’ai également été un peu déroutée par la façon dont le temps se passe. J’ai parfois eu l’impression d’être un peu perdue dans le temps. Je savais que d’une action à une autre, il avait dû se passer un moment, mais difficile de savoir si cela se comptait en jours ou en semaines. J’ai, du moins, eu du mal à en être sûre et cela m’a un peu gênée au début.

En tout cas, il va sans dire que je vais de suite me plonger dans le tome 2. J’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer ensuite !

Note : 5/5

Les insoumis, tome 3 : Dénouement – Alexandra Bracken

Publié le

Alexandra Bracken - Les insoumis Tome 3 : Dénouement.

4ème de couverture : Les adolescents ont été décimés par un virus inconnu. Les survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, ont été parqués dans des camps. Malgré l’attaque du gouvernement qui a réduit leur QG en cendres, Ryby, Liam, Cole et les autres rescapés n’ont pas renoncé à leur projet : libérer les jeunes Psis des camps et révéler enfin la vérité sur le fameux virus. Mais Ruby l’a déjà appris à ses dépens : elle ne peut faire confiance à personne.

Critique : Ouf ! Il est mieux que le tome précédent.

L’intrigue générale prend ici une tournure plus intéressante encore et plus captivante. On avance, il se passe des choses, des choses qu’on apprécie et d’autres moins. Personnellement, j’ai eu l’impression qu’enfin il se passait des choses primordiales pour la continuité du récit et le développement de l’univers. Pour ce qui est des personnages, autant la relation de Ruby et Cole m’a beaucoup intéressée (j’aurais aimé qu’elle soit davantage développée d’ailleurs), autant celle de Ruby et Liam m’a encore plus agacée. On retrouve dans ce tome-ci les mêmes problèmes que dans le précédent. On ne cesse de revenir sur ce qu’il se passe entre eux, sur leurs sentiments, leurs questionnements. Là, pour le coup, on stagne et c’en est frustrant. Au bout d’un moment, c’est bon, on a compris, passez à autre chose ! En dehors de ce souci, je relève tout de même autre chose qui vient un peu ternir la fin de cette histoire. La fin, justement, m’a paru trop rapide, trop précipitée, peut-être même trop facile. Certaines choses auraient méritées qu’on s’y attarde davantage.

Ce tome 3 se lit finalement mieux que le tome précédent. Le style de l’auteur est toujours aussi fluide et l’agencement des événements font qu’il semble moins long à lire. Il relève le niveau et conclut cette trilogie sur une note positive.

Je conclurai cependant en disant que si l’histoire est intéressante, elle ne m’a pas non plus totalement captivée. L’auteur partait d’une bonne idée mais la façon dont elle l’a exploitée ne m’a pas totalement convaincue. Ce qui ne veut pas forcément dire qu’elle est mauvaise, c’est juste que j’ai lu des choses plus captivantes que ça.

Note : 4/5

Les insoumis, tome 2 : Les chemins de la vérité – Alexandra Bracken

Publié le

Alexandra Bracken - Les insoumis Tome 2 : Le chemin de la vérité.

4ème de couverture : Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu, le NIAA. La plupart des survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, ont été parqués dans des camps. D’autres, regroupés dans la Ligue des enfants, luttent pour leur liberté. Au sein de la ligue, Ruby, capable de contrôler les esprits, se bat pour la fermeture des camps. Sa mission ? Retrouver une clé USB contenant des informations ultra-secrètes impliquant le gouvernement dans la propagation du virus.

Critique : Ma lecture du premier tome m’ayant laissée assez enthousiaste, je me suis donc immédiatement lancée dans le tome 2.

Nous reprenons l’histoire un peu plus loin que nous l’avions laissée dans le tome 1. Ruby fait maintenant partie de la ligue. Quant à Liam et Chubs, on ignore où ils sont désormais. Sans trop vous dévoiler l’histoire, j’ai trouvé que le personnage de Ruby avait encore évolué. Dans ce tome-ci, elle apprend à se battre et maitrise beaucoup mieux son aptitude. Elle n’en a plus vraiment peur d’ailleurs et n’hésite plus à l’utiliser quand elle en a besoin. Quelques rebondissements intéressants apportent du piment à l’histoire. Ce n’est pas plus mal car pour ma part j’ai trouvé ce tome 2 un peu longuet. Et répétitif aussi. Car au-delà de l’intrigue générale, l’auteur ne cesse de revenir sur Ruby et ses sentiments personnels, sa relation avec Liam. Et toujours pour nous dire plus ou moins la même chose. En fin de compte, toutes ces interrogations à propos de leur histoire n’apportent pas grand chose à l’intrigue. Elles permettent de justifier des actions, mais revenir sans cesse sur ce qu’ils ressentent est assez agaçant.

Au-delà de ça, ce tome 2 se lit assez bien. L’écriture est fluide, facile à lire. Ce serait certainement un livre agréable à lire s’il n’y avait pas ces longueurs et ces passages agaçants.

Je ressors de ce tome 2 avec une légère déception. Il n’est pas à la hauteur du tome 1. Heureusement que l’intrigue générale est assez intéressante pour donner envie de lire le tome 3.

Note : 3/5