Archives mensuelles : mai 2017

Qui es-tu Alaska ? – John Green

Publié le

John Green - Qui es-tu Alaska ?.

 

4ème de couverture : La vie de Miles Halter n’a été jusqu’à maintenant qu’une sorte de non-événement. Décidé à vivre enfin, il quitte le cocon familial pour partir dans un pensionnat loin de chez lui. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle,intelligente et follement sexy, Alaska Young.

Critique : Et me voilà de retour sur un livre de John Green. Décidément, je l’aime bien celui-là. Et je ne suis jamais déçue de ses histoires, même quand je suis un peu sceptique au démarrage !

Nous avons ici l’histoire de Miles (surnommé « Le Gros »), un ado que je qualifierai de plus ou moins banal, solitaire en tout cas, et qui ne semble pas vivre pleinement sa vie. Mais rapidement, les choses changent puisque dès le premier chapitre, nous apprenons qu’il part en pension dans l’Alabama (alors qu’il vit en Floride). Et pour changer, elles changent ! Voilà notre Miles, un peu perdu, qui n’a pas l’air très à l’aise, qui se retrouve à partager la chambre d’un gars totalement différent, surnommé Le Colonel, qui lui présente Alaska Young.

L’histoire pourrait sembler banale dite comme ça, et peut-être même inintéressante. Je dois avouer que les premiers chapitres m’ont laissée relativement indifférente d’ailleurs. Mais j’ai persévéré et j’en suis bien contente. Au-delà de l’histoire en elle-même qui est beaucoup plus intéressante qu’il n’y parait, nous nous trouvons face à une description du quotidien des adolescents et de leurs états d’âme très proche de la réalité. A travers Miles, je pourrais presque reconnaître l’adolescente que j’ai été. Tout est écrit du point de vue de Miles, ce qui veut dire que nous suivons tout son cheminement de pensées, toutes ses réactions, toutes les questions qu’il se pose. John Green nous dépeint l’adolescence avec justesse.

Niveau écriture, bon, il n’y a pas de secrets, c’est du John Green ! Donc ça se lit bien, (très bien), ça se lit vite (ça se dévore) et c’est trop court (vraiment trop). Ce n’est peut-être pas son meilleur roman, à mon goût, mais une chose est sûre, je n’en ai pas fini avec cet auteur. D’ailleurs, s’il pouvait se dépêcher d’en écrire d’autres, cela m’arrangerait. Merci !

Note : 4/5

Publicités

Conquise – Ally Condie

Publié le

Ally Condie - Conquise.

4ème de couverture : Dans la Société, les Officiels décident de tout. Qui aimer, où travailler, quand mourir. Dans ce dernier volet, dense et palpitant, une épidémie ravage la population… Le soulèvement tente de sauver une liberté à laquelle plus personne ne croyait. Pour Cassia, Xander et Ky, c’est enfin le moment de choisir.

Critique : Je dois bien avouer que je ne sais pas trop quoi dire sur Conquise. Alors que je viens de terminer ce roman j’ai la sensation étrange que ce n’est pas encore le cas…

Nous continuons à suivre Cassia, Ky et maintenant Xander dans leurs aventures. Cassia et Ky ont rejoint le Soulèvement, Xander en faisait déjà partie, comme nous l’apprenons dans le tome 2. D’ailleurs, pourquoi nous l’avoir dit si tôt ? Pourquoi ne pas avoir gardé le suspens un peu plus longtemps sur cette info ? Nous les retrouvons quelques mois après la fin du tome 2. Chacun a pris sa place au sein du Soulèvement, chacun est dans une ville différente de l’autre. Et chacun fait son boulot. Là encore, j’ai senti un récit en deux parties. Tout d’abord la vie de chacun dans sa petite ville, qui fait face aux événements (épidémie de Peste, mais tout va bien, elle est sous contrôle du Soulèvement). Et puis la Peste mute, et devient inguérissable. Comme pour le tome précédent, j’ai trouvé la deuxième partie plus intéressante que la première durant laquelle il ne se passait pas grand-chose à mon goût.

Comment expliquer cette sensation de truc non fini ? C’est simple. Dans le premier tome, on nous présente la Société, sorte d’idéal qui essaie de faire le bonheur de ses citoyens mais dont l’image parfaite se craquèle toujours davantage au fur et à mesure qu’on en découvre les dérives. Dans le tome 2 on nous présente le Soulèvement, qui se rebelle contre cette Société idéale dans le but de la renverser et de changer le système. Rien d’étonnant à ce qu’on s’attende à ce que ce soit le cas dans le tome 3. On s’attend à une vraie rébellion, à un vrai changement. Et en fait… Tout le tome 3 est centré autour de cette peste. On comprend vite que c’est l’arme du Soulèvement, mais tr-sès vite, on est frustré parce qu’on se rend compte qu’en fait de Soulèvement, en dehors de la Peste, il ne se passe rien. Alors certes, ils ont une bonne explication pour cela. Mais non, pour moi ce n’est pas convaincant. Ce n’est pas suffisant en fait. Il me manque quelque chose. Où est le vrai changement ? On le sent s’esquisser dans les toutes dernières pages, mais ça vient presque de nulle part finalement. Je me suis retrouvée à lire une histoire d’élection en me demandant d’où elle tombait celle-là, il n’en avait jamais été question avant qu’elle n’ait lieu.

Alors certes, niveau écriture, ça se lit bien, ce n’est pas le souci. Mais vraiment, pour moi, il manque un truc, l’histoire n’est pas terminée. Je n’ai pas assisté à une vraie rébellion, à une vraie remise en question du régime en place. Donc ben voilà, c’est bien, mais je suis déçue quand même.

Note : 3/5

Insoumise – Ally Condie

Publié le

Ally Condie - Insoumise.

4ème de couverture : Cassia enfreint les règles de la Société et part à la recherche de Ky. Trahison, rébellion, un parcours semé d’embûches dans les grands canyons du Labyrinthe…

Critique : ATTENTION, spoilers !

Immédiatement après avoir terminé Promise, je me suis lancée dans la lecture d’Insoumise, espérant y retrouver ce qui m’avait tant fait aimer le premier tome. Mais je dois avouer avoir été légèrement déçue. La preuve en est que je n’ai pas dévoré ce second tome aussi rapidement que le précédent.

Il y a une grande différence entre ces deux tomes. En effet, dans le premier, tout était écrit du point de vue de Cassia. Ici, nous alternons entre elle et Ky. Et c’est probablement ce qui m’a le plus dérangée. Je m’explique. A la fin du premier tome, des soldats venaient chercher Ky pour l’emmener au front dans les provinces lointaines et Cassia se promettait à elle-même de le retrouver. C’est donc ce qu’elle fait, pendant toute la première partie du livre. Elle cherche Ky, se posant la question de savoir s’il est toujours en vie ou non. En soit, ça laisse un suspens intéressant, et nous aussi, on aurait très envie de savoir. SAUF QUE, un chapitre sur deux étant raconté du point de vue de Ky, nous savons qu’il est en vie, et nous savons ce qu’il fait. Alors certes, c’est intéressant, mais ça nous bousille tout le suspens et je trouve ça vraiment dommage.

Heureusement, la seconde partie rattrape un peu les choses. Cassia et Ky se sont retrouvés, ils se sont fait de nouveaux alliés en route, tout va bien. Et c’est là que les choses deviennent plus intéressantes car entre temps, ils ont entendu parler du Soulèvement, un groupe de résistants qui cherchent à renverser la Société. Et nous les suivons donc, cherchant à rejoindre ce groupe, pour des motivations différentes selon chacun des personnages.

C’est plus intéressant, seulement, ce n’est pas très original. Je veux dire, on commence à avoir l’habitude des dystopies, on se doute qu’ils vont forcément entrer dans la rébellion, c’est couru d’avance. Il y avait certainement des dizaines de façons de leur faire vivre quelque chose de palpitant (pour nous lecteurs, je veux dire) et pour le coup, je suis un petit peu déçue.

Cela dit, ça reste tout de même un très bon roman qui se lit bien. Mais je trouve qu’il n’est pas à la hauteur du premier tome. Dommage. Heureusement, cela ne m’empêchera pas d’attaquer le troisième ! Parce que malgré tout, je veux connaitre le fin mot de l’histoire. L’auteur peut encore me surprendre !

Note : 3/5

Avril 2017

Publié le

Je sais, je suis en retard pour faire le résumé de mes lectures d’avril. Mais mieux vaut tard que jamais non ? Et puis entre nous, j’étais occupée par mes lectures de mai (et aussi un peu par la reprise de l’écriture de mon roman, mais non, je ne vous en dirai pas plus !)

Bon en attendant, que c’est-il passé en avril ? Nous avons eu notre réunion du comité de lecture, le temps pour moi de lire les derniers titres qu’il me manquait. Enfin plutôt le dernier titre, puisqu’il n’en restait qu’un.

Groënland Vertigo

Hervé Tanquerelle - Groenland Vertigo.Beaucoup de critiques comparaient ce titre avec les Tintin d’Hergé, tant au niveau du scénario que du dessin. Il est vrai que graphiquement, c’est ressemblant. Jusqu’à la typologie qui semble être la copie exacte de celle d’Hergé. Mais personnellement, pour ce qui est du scénario, il n’arrivait en rien à la cheville d’un Tintin. Tintin reste et restera inimitable ! Je me suis plutôt trouvée face à une histoire finalement pas si intéressante que ça, ennuyante même sur certains aspects. Peu aboutie, je dirais même. Comme quelque chose fait à la va-vite. Une vraie déception pour ma part.

Et voilà pour le comité de lecture de mars-avril 2017.

Dans les mêmes temps, le site Babélio a lancé une nouvelle opération de masse critique. Une édition spéciale jeunesse cette fois, qui m’a permis de recevoir une nouvelle BD à lire.

The Monkey Family

Margo Renard - The Monkey Family.Je ne dirai pas que ce fut un coup de coeur, néanmoins ce fut une agréable découverte. Nous avons là une bande dessinée destinée aux enfants (6-8 ans à mon avis). L’histoire en est donc facilement accessible sans être pour autant trop simple. Ne prenons pas les enfants pour des imbéciles ! Quant aux graphismes, une pure merveille. Des couleurs éclatantes, des dessins enfantins, un tout vraiment chouette.

Puisque je parle de BD, je continue avec un nouveau titre que j’ai découvert à la médiathèque de façon totalement fortuite.

War and dreams

Je suis tombée dessus alors que je cherchais rapidement quelque chose à emmener pour la salle d’attente du coiffeur (je déteste aller dans un endroit où je sais que je vais devoir attendre sans un livre et j’avais oublié le mien). La couverture a immédiatement attiré mon regard, la quatrième de couverture également. Vous connaissez mon goût pour les récits se déroulant pendant la seconde guerre mondiale, il n’y a donc rien d’étonnant à ce que je sois tentée. Ce titre s’est cependant révélé une vraie déception. Je ne m’attendais pas du tout au scénario face auquel je me suis trouvée. Un peu comme s’il s’était agi d’une publicité mensongère. C’est vraiment l’impression que j’ai eue en tout cas. La BD en elle-même n’est pas totalement inintéressante, mais il me semble que les auteurs auraient pu exploiter tellement mieux leur histoire, en ajoutant des choses ici et là, en collant davantage à ce que le synopsis nous promettait !

Mais cessons de parle de BD pour ce mois-ci et concentrons nous davantage sur les romans. Le mois d’avril m’a permis de relire un roman que j’avais lu il y a longtemps, et dont je gardais un très bon souvenir. Un roman que j’avais hâte de pouvoir relire un jour…

Jésus Vidéo

Andreas Eschbach - Jésus vidéo.Mon Dieu ce roman ! Comment vous dire à quel point il est génial ? Du scénario à l’écriture, j’aime tout ! Il faut dire que l’histoire est particulièrement originale (enfin je trouve, n’en ayant pas lu d’autres de semblables). Mélanger le thriller ésotérique au roman de science fiction, il fallait le faire ! Andreas Eschbach y parvient avec brio et nous embarque dans une aventure captivante. Il maîtrise son sujet, cela se sent. Peut-être est-ce pour cela que ça nous semble si crédible ?

La lecture de ce roman formidable ne m’a, vous vous en doutez certainement, pas pris tant de temps que cela. Ce qui me permet ce soir de vous parler d’une autre de mes lectures, la dernière pour le mois d’avril.

Promise

Ally Condie - Promise Tome 1 : .Il y a un moment que je voulais m’atteler à cette trilogie. Depuis que je l’ai acheté pour la bibliothèque et que j’avais commencé à en lire les premières pages, très rapidement. Aucune surprise, nous sommes ici dans une dystopie comme je les aime. Je ne m’attendais cependant pas à aimer autant cette histoire. La 4ème de couverture semblait nous promettre un roman parlant d’un amour interdit, mais il s’est révélé tellement plus que cela. Je l’ai dévoré en quelques jours, c’est vous dire ! Bon, certes, il n’est pas très épais, mais tout de même !

Voilà, c’est tout pour le moment. Mais rassurez-vous, dans mon résumé de mai, j’aurais quelques titres à partager avec vous 😉

A bientôt pour de nouvelles lectures !